Le personnel de direction

Le personnel de direction a suivi une formation qualifiante à l’École nationale de la santé publique qui forme des directeurs depuis 1946. Son installation à Rennes en 1962, dans la continuité de la réforme Debré, a consacré la qualité de son enseignement. Dans une dynamique la rapprochant des milieux de l’Université et de la recherche, avec une forte ouverture sur les sciences sociales (le sociologue Michel Crozier en préside le conseil scientifique), l’ENSP a le monopole de la formation de dirigeants hospitaliers, mais éprouve quelques difficultés à établir des rapports avec les autres professionnels de la santé. Les titulaires d’une licence ou d’un diplôme équivalent peuvent se présenter au concours d’entrée à l’École, ouvert aussi aux personnes ayant exercé quatre années dans la fonction publique (ou ayant été titulaires deux ans). Les directeurs en formation sont rémunérés pendant la durée d’études théoriques et pratiques. Ils doivent en contrepartie s’engager à servir pendant dix ans (à partir du début de leur formation). Beaucoup ont déjà travaillé à l’hôpital, dont ils possèdent ainsi une certaine connaissance.

La formation universitaire antérieure ou l’expérience professionnelle de ses élèves, le caractère fort sélectif du concours, la qualité des enseignements ont fait que l’existence de cette école a contribué à accroître le prestige et l’influence du corps des directeurs. Cette formation, qui comporte de nombreux stages, est l’occasion (comme beaucoup de formations) de la rédaction d’un mémoire significatif de l’identité professionnelle en construction du jeune directeur. Malgré les modes, peut-être parce qu’ils ont une formation universitaire ou Une expérience de travailleur hospitalier, la plupart d’entre eux s’opposent aux discours assimilant l’hôpital à une entreprise. Il s’inscrivent ainsi dans une continuité, et un historien travaillant sur l’hôpital au xxi siècle constate que l’intérêt du malade et la qualité du service public sont généralement mis en avant lorsque sont prises des décisions [26], Sans aucun doute, ces motivations ont compté dans le choix de ce métier : à formation de niveau équivalent, il est des fonctions bien mieux rémunérées que celle de directeur d’hôpital.